1961

Les trufficulteurs et la municipalité de Lalbenque ont décidé la création en 1961 du syndicat des trufficulteurs de la région de Lalbenque avec pour objectifs :

Capture d’écran 2014-11-17 à 14.51.34– défendre, soutenir les producteurs             – étudier et expérimenter des techniques permettant d’améliorer la production de truffes          – mettre en place un marché unique sur un site précis, devenu la rue du marché aux truffes                                                                                                – apporter aux acheteurs la vision et le sérieux d’une offre professionnalisée.

Mars 1965

Mairie de LalbenqueJean-Jacques  Pezet-Sébal, notaire, succède à Marcel Léris à la mairie de Lalbenque.

 

 1965

Le clocher de l’église Saint Quirin a connu plusieurs aspects. La façade occidentale, le porche et le clocher sont dus à l’architecte départemental Jean Baptiste Tourette. Le clocher a été plusieurs fois détruit par la foudre. Sa flèche néo gothique de 1877 a été détruite par une incendie au cours d’un orage en 1965 et ne fut malheureusement jamais reconstruite.

XIX-Eglise2   Numériser 3

Numériser 1

La flèche construite lors de la rénovation de 1877.

Capture d’écran 2014-11-15 à 21.27.35    Capture d’écran 2014-11-15 à 21.30.28

Le clocher provisoire entre la destruction du clocher gothique et la construction du clocher actuel.

1965 

Parution « Joie à la volée » regroupant 40 poèmes occitans de Jules Cubaynes.

Extrait de la préface : 

« Un authentique poète de la vie familiale et paysanne, voilà comment nous apparait ici le chanoine Cubaynes. Ses poèmes sont le tableau exact d’un mas quercynol et de l’existence laborieuse. Souvenirs de berger, travaux rustiques et réjouissances villageoises, tout cela y est évoqué avec une couleur et une harmonie qui enchantent. En fait, tout au long de ces pages qui renferment les églogues et les géographiques du Quercy à travers la successif des travaux et des jours et du berceau à la tombe, c’est l’humaine condition, définie par ses liens charnels et spirituels, que retracent ces poèmes »

Marcel Decremps